Le forçage génétique et la lutte contre le paludisme en Afrique

08/07/2022

Le forçage génétique et la lutte contre le paludisme en Afrique

Le paludisme est l'une des plus anciennes maladies du monde, et reste à ce jour un défi pour la santé publique dans le monde entier. La maladie a fortement touché l'Afrique et sa région subsaharienne, des études indiquant que les personnes vivant dans la pauvreté, en particulier les femmes et les enfants, sont les plus exposées aux effets les plus graves du paludisme.

Transmis à l'Homme par le parasite femelle de l'anophèle, le paludisme est une maladie transmise par les moustiques qui provoque une forte fièvre, des comas et, dans les cas graves, la mort. D'importantes stratégies de prévention et de traitement, telles que la lutte antivectorielle, les médicaments antipaludiques et les vaccins, ont permis d'alléger le fardeau de cette maladie au cours des deux dernières décennies, mais les cas sont à nouveau en augmentation.

Prévalence du paludisme en Afrique

L'Afrique est l'épicentre des décès liés au paludisme. Environ 405 000 personnes par an meurent du paludisme dans la région de l'Afrique subsaharienne uniquement. Selon le Rapport mondial sur le paludisme 2021, six pays d'Afrique subsaharienne représentaient 55 % de tous les cas dans le monde : le Nigeria (27%), la République démocratique du Congo (12%), l'Ouganda (5%), le Mozambique (4%), l'Angola (3,4%) et le Burkina Faso (3,4%).

L'Afrique subsaharienne présente des taux de transmission du paludisme plus élevés, en raison de ses climats tropicaux et subtropicaux riches en humidité qui offrent des conditions de reproduction idéales pour les moustiques porteurs du paludisme. En tant que région moins développée, avec un accès limité aux établissements de santé - en particulier dans les zones rurales - les effets du paludisme sont exacerbés pour les pays subsahariens.

Méthodes de prévention et de traitement du paludisme

Lorsqu'il est détecté à un stade précoce et que l'on a accès à des ressources médicales et à des soins suffisants, le paludisme est une maladie que l'on peut prévenir et traiter. Les méthodes de prévention et de traitement introduites avec succès au cours des 20 dernières années comprennent les médicaments antipaludiques, les vaccinations et la lutte antivectorielle. Si ces méthodes ont contribué à éviter environ 1,7 milliard de cas entre 2000 et 2019, les recherches indiquent que leur efficacité diminue.

Des rapports récents indiquent que trois des cinq parasites du paludisme connus pour affecter les humains ont développé une résistance aux médicaments antipaludiques, ce qui diminue leur efficacité et augmente le risque de résistance croisée. Une résistance similaire a été constatée pour les insecticides chimiques utilisés pour les pulvérisations à effet rémanent à l'intérieur des habitations et pour traiter les moustiquaires.

Le vaccin Mosquirix s'est révélé capable de réduire considérablement les effets du paludisme, ainsi que les cas mortellement graves chez les enfants. Bien que les experts estiment que le vaccin pourrait sauver des dizaines de milliers d'enfants chaque année, il ne préviendrait que quatre cas sur dix.

Une technologie axée sur les gènes

Compte tenu de l'augmentation des cas de paludisme et de la baisse d'efficacité des méthodes actuelles, l'objectif de l'OMS de réduire de 90 % la charge mondiale du paludisme avant 2030 ne sera pas atteint. Il est essentiel de mettre au point des méthodes de traitement, de prévention et de contrôle nouvelles et résilientes et de les intégrer aux stratégies actuelles.

Target Malaria est un consortium de recherche à but non lucratif qui vise à développer des "technologies génétiques rentables et durables pour modifier les moustiques et réduire la transmission du paludisme", qui fonctionneraient parallèlement aux efforts actuels de lutte contre la maladie. Ils sont les pionniers de la recherche sur les moustiques génétiquement programmés qui, lorsqu'ils sont relâchés dans la nature pour s'accoupler, reproduisent une progéniture qui produit moins de moustiques femelles ou qui est incapable de transmettre les parasites du paludisme.

Dans un article historique publié en février 2022, Target Malaria a annoncé que ses scientifiques avaient relâché des groupes de moustiques anophèles mâles génétiquement modifiés dans la nature au Burkina Faso, afin d'étudier leur réaction à l'environnement, leur comportement et leur niveau de survie. Les premiers résultats ont montré que les modifications ont rendu le parasite moins mobile et moins apte à survivre par rapport à ses homologues sauvages. Étant donné que les modifications génétiques sont transmises à la progéniture, elles ont le potentiel de réduire la propagation du parasite mortel dans des populations nuisibles spécifiquement ciblées.

Bien que la technologie en soit encore aux premiers stades de développement, les résultats de ces recherches suggèrent une solution prometteuse pour éliminer le paludisme à sa source, avec un impact minimal sur les niveaux de biodiversité et l'environnement.

" Cette diffusion à petite échelle n'est pas destinée à être utilisée comme un outil de lutte contre le paludisme, mais elle a constitué pour l'équipe une étape importante dans la collecte d'informations, l'acquisition de connaissances et le développement de compétences locales. Les données scientifiques que nous avons obtenues seront essentielles pour le développement de nos prochaines phases".
Professeur Abdoulaye Diabaté, chercheur principal de Target Malaria Burkina Faso.

Des méthodes de contrôle plus durables, telles que le forçage génétique, peuvent contribuer à l'éradication quasi-totale du paludisme en Afrique, offrant ainsi aux nations les plus pauvres du continent la possibilité de poursuivre leur développement et d'élargir les horizons de leurs générations futures.

Contenu associé