Fashionomics : mobiliser le pouvoir de la culture et des habits Africains

07/03/2022

Fashionomics : mobiliser le pouvoir de la culture et des habits Africains

2021 a été une année mémorable pour les droits des femmes et l'égalité des sexes dans le monde entier.   

Qu'il s'agisse des femmes à l'avant-garde de la lutte contre le COVID-19 ou des nouvelles lois visant à soutenir les survivantes de la violence fondée sur le genre, 2021 a vu des progrès tangibles et efficaces pour une société plus égalitaire.  

De toute l'histoire des jeux olympiques, Tokyo 2020 a été la plus équilibrée en termes de genre avec près de 49 % de femmes parmi les athlètes participants. Même les géants du jouet Lego ont annoncé la fin des préjugés sexistes dans leur gamme de jouets au succès mondial.

Plus de femmes que jamais ont également accédé aux plus hautes fonctions politiques, notamment au Pakistan, en Pologne et aux Philippines. En mars, Samia Suluhu Hassan est devenue la première femme présidente de Tanzanie. En juin, Robinah Nabbanja a été nommée au poste de Premier ministre de l'Ouganda. Najla Bouden Ramadhane a été nommée, quant à elle, Premier ministre de la Tunisie en septembre, devenant ainsi la première femme à diriger un pays de la région arabe.

En mars, Ngozi Okonjo-Iweala a également pris ses fonctions de directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce, devenant ainsi la première femme et la première Africaine à occuper ce poste au cours des 26 années d'existence de l'organisation.

Mme Okonjo-Iweala n'est pas étrangère au fait de briser les plafonds de verre, puisqu'elle a été la première femme à devenir ministre des finances et ministre des affaires étrangères du Nigeria.

Compte tenu des progrès accomplis, de nombreux observateurs africains cherchent à savoir où les questions de genre et les droits des femmes prennent de l'ampleur et ont un impact, au niveau local et régional.
  

La grande mode

'Les environnements de vente au détail en Afrique sont parmi les plus difficiles au monde, étant donné que 95 % du paysage est encore constitué de points de vente commerciaux traditionnels.'

Inspirée par le talent et la ténacité qu'elle a constatés sur le continent, la Banque africaine de développement (BAD) a créé la plateforme Fashionomics Africa "en vue de construire une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable".

Le but de la plateforme Fashionomics est de permettre aux femmes et aux jeunes créateurs africains de créer et de développer leurs entreprises. Les objectifs comprennent un accès accru aux marchés et aux financements, ainsi que des conseils de mentors expérimentés et des possibilités de mise en réseau.

Fashionomics offre également aux entreprises dirigées par des femmes la possibilité de participer à l'intégration régionale et mondiale, en attirant des investissements et des projets d'accélération de démarrage.

Compétences africaines. Demande mondiale.

L'industrie mondiale de la mode devrait doubler au cours des dix prochaines années et générer jusqu'à 5 000 milliards de dollars par an. Cela représente une formidable opportunité pour l'Afrique : des matières premières à la conception, en passant par la production et la commercialisation.

La mode est également un marché important en Afrique : selon les données d'Euromonitor International, le marché combiné de l'habillement et de la chaussure en Afrique subsaharienne est estimé à 31 milliards de dollars.

Cibler l'industrie de la mode signifie cibler l'ensemble du secteur, des petits exploitants agricoles aux créateurs de mode. À chaque étape de “l'entonnoir” de la mode, davantage de valeur est ajoutée et des emplois supplémentaires sont créés.

 

Big Catwalk

L'Afrique est en train de vivre une révolution culturelle, avec une nouvelle génération d'entrepreneurs de la mode jouant un rôle clé dans l'exposition et le développement économique.

L'inspiration des traditions culturelles de l'Afrique se poursuit, notamment ses teintes vives et ses tissus colorés, comme le wax et le coton teint imprimé, ainsi que la grande qualité de l'artisanat dans les cultures africaines.

Le secteur de la mode offre également un potentiel considérable pour motiver et faire évoluer certaines des personnes les plus défavorisées, en particulier les femmes et les jeunes, tout en faisant progresser la transformation structurelle.

L'industrie et ses créateurs, tant sur le continent qu'à l'étranger, capitalisent sur cette situation, les créations d'inspiration africaine étant désormais régulièrement présentées sur les podiums des défilés de mode à New York, Paris, Londres et Milan. En octobre 2021, 20 créateurs de mode africains ont récemment présenté leurs nouvelles collections à la Semaine de la mode du Portugal.

Uche Pézard, consultant en marques de luxe basé à Paris, affirme que les Nigérians reconstruisent leurs traditions ancestrales pour explorer les récits culturels à travers le riche langage de l'artisanat.

"Ce qui se passe, c'est une énorme transformation", affirme Uche Pézard. "Être un designer nigérian aujourd'hui, c'est utiliser la mode comme une plateforme pour promouvoir la culture et le patrimoine."

Pézard souligne le potentiel plus large de l'artisanat pour l'économie nigériane comme un indicateur de la façon dont ce style de design va se déployer.

"Plus les designers utilisent ces textiles, plus les gens sont formés, plus les retombées économiques sont importantes, plus le volume des échanges est élevé. Cela devient une industrie en soi et un contributeur économique pour le Nigeria en tant que pays."  

Imagination + Investissement = Un avenir plus radieux

L'économie créative mondiale génère 2,25 trillions de dollars et emploie près de 30 millions de personnes. Pourtant, l'Afrique représente moins de 3 % des revenus totaux et 8 % des emplois des industries créatives, ce qui laisse une marge de progression importante.   

  "L'économie créative est désormais reconnue comme un outil de développement durable", explique Marisa Henderson, chef du programme d'économie créative à la CNUCED. "Pour certains pays en développement, c'est le moyen de sortir de la pandémie".

Certains créateurs sont propulsés par le mouvement mondial d'inclusivité, suscité par les manifestations, et l'attention qu'il a commencé à accorder à l'artisanat local.

 "Nous nous sommes concentrés sur la résolution de nos problèmes fondamentaux et sur ce que nous pouvons faire pour construire de l'intérieur. Il est temps que nous développions tous les aspects de notre chaîne d'approvisionnement", déclare Adebayo Oke-Lawal, directeur de la création d'Orange Culture Nigeria.

Ayensu espère que les protestations mèneront à un changement permanent, les marques repensant la représentation dans leurs propres entreprises.

"Nous en verrons les effets dans cinq, dix ans, avec une industrie de la mode mondiale plus diversifiée, qui embrasse les marques africaines."

L'objectif final est que l'Afrique ne soit pas seulement une "source d'inspiration" mais aussi "un puissant outil de changement."

Contenu associé