Microfinance et argent mobile : De puissants outils de développement pour l'Afrique

14/04/2022

Microfinance et argent mobile : De puissants outils de développement pour l'Afrique

En 2022, les trois quarts de la population adulte d'Afrique subsaharienne n'ont pas accès aux services bancaires formels.

Pour beaucoup, cela signifie qu'ils ne peuvent pas envoyer d'argent, en épargner ou accéder à des prêts ; cela signifie également qu'ils doivent faire face aux risques associés à la manipulation d'argent liquide - les personnes non bancarisées sont en effet plus susceptibles d'être victimes de crimes.

La réponse? Le microfinancement, un type de banque qui fournit des services financiers aux personnes ou groupes de personnes à faible revenu qui n'auraient autrement aucun accès au financement.

Ce système bancaire numérique, relativement nouveau, a été salué par ses partisans comme un outil efficace de réduction de la pauvreté et de développement humain.

L'inclusion financière est considérée par beaucoup comme une bouée de sauvetage viable et vitale pour permettre aux Africains d'accéder aux avantages bancaires de base et de gagner en autonomie sur leurs finances.

Des programmes tels que les prêts de microfinance et les paiements par téléphone mobile gagnent en popularité et en soutien, car ils constituent un moyen plus souple et plus adapté d'aider cette génération invisible de clients bancaires potentiels.

Ces nouveaux systèmes permettent aux personnes et aux entreprises d'accéder librement à des produits et services financiers utiles et abordables qui répondent à leurs besoins - transactions, paiements, épargne, crédit et assurance - le tout de manière responsable et durable.

L'outil de microfinance le plus courant est le microcrédit, qui consiste à accorder de petits prêts (entre 50 et 1 500 dollars), souvent sans garantie, aux communautés en développement.

En plus d'être un service financier, le microcrédit peut également être utilisé pour renforcer directement les entrepreneurs et les petites entreprises, en aidant les membres de la communauté à devenir plus indépendants financièrement.

Les services financiers mobiles et les solutions fintech sont particulièrement prometteurs en Afrique, où l'inclusion financière n'est que de 43 % (alors que l'accès au téléphone mobile est de près de 90 %).

De nombreuses organisations de microfinance sont essentiellement hybrides ; elles s'efforcent d'accroître l'inclusion financière et de réduire la pauvreté tout en maintenant des objectifs financièrement durables.

En Tanzanie, les femmes issues de milieux défavorisés peuvent accéder à des microcrédits pour développer leur entreprise et contribuer aux revenus de leur famille. Et au Sénégal, d'anciens enfants des rues (connus sous le nom de Talibés) utilisent le microfinancement pour assurer un avenir plus stable grâce à l'entrepreneuriat à petite échelle.

Le microfinancement a également permis de générer des avantages non financiers, tels que la santé, la sécurité alimentaire, la nutrition, l'éducation, l'autonomisation des femmes, le logement, la création d'emplois et la cohésion sociale.

Les organisations de microfinance doivent constamment mettre en balance les avantages qu'elles souhaitent générer pour la société et leurs rendements financiers. Toutefois, des inquiétudes ont été exprimées quant à l'exploitation des personnes vulnérables par certaines organisations.

Au Nigeria, les habitants disent que les banques profitent du désespoir des gens et du manque d'alphabétisation de nombreuses femmes en insérant des frais cachés tels que des intérêts supplémentaires et des frais divers inexpliqués, portant le taux d'intérêt à plus de 20 %.

Cependant, le système demeure l'une des seules bouées de sauvetage économique pour de nombreux Nigérians. Il leur permet d'obtenir l'argent dont ils ont besoin sans les procédures bureaucratiques compliquées des banques conventionnelles et leurs demandes de garanties.

L'application numérique de banque mobile et de microfinancement M-Pesa est omniprésente au Kenya, avec plus de 28,3 millions d'utilisateurs actifs - sur une population adulte de 30,3 millions - et 248 000 agents.

En une seule année, plus de 200 milliards de dollars ont transité par cette application du Kenya, ce qui équivaut à plus de deux fois le PIB.

L'impact de M-Pesa sur l'économie kenyane a été considérable. Une étude estime que M-Pesa a augmenté les niveaux de consommation par habitant et a permis à 2 % des ménages kenyans de sortir de la pauvreté en augmentant la résilience financière et l'épargne et en créant un plus grand choix professionnel.

Les décideurs politiques, les entrepreneurs fintech et edtech s'engagent à prendre en compte ces implications pour aider les organisations de microfinance à utiliser la technologie mobile pour accroître à la fois leur force financière et l'intensité de leur action sociale.

“On peut payer un repas dans un hôtel cinq étoiles à l'aide de M-Pesa et payer une tasse de thé dans un kiosque de bord de route à l'aide de M-Pesa également".
Professeur Njunguna Ndung'u, gouverneur de la Banque centrale du Kenya.

Le microfinancement et les applications d'argent mobile sont désormais considérés comme essentiels pour combler le fossé entre le formel et l'informel sur tous les marchés, permettant ainsi à davantage d'Africains de contrôler leur avenir financier.

Contenu associé